Envie de participer ?
Partenariat, reconnaissance, un bilan du showdown en France

Bonjour à toutes et tous,

Après la période difficile que nous venons de vivre, tant à cause de la pandémie que de la situation compliquée du showdown en France, il nous a paru important de dresser un petit bilan des avancées et difficultés de ce sport qui nous tient tant à cœur.

Si le showdown est pratiqué en France pour le loisir et de façon très confidentielle depuis la fin des années 90, ce sont deux clubs qui lui donnent réellement son essor. Devisport, d’abord, est le premier club de compétition affilié à une fédération sportive à être créé, au début des années 2000. En 2010 ensuite, c’est le Showdown Club de Yerres qui voit le jour. Grâce au dynamisme de son président Jean WAGNER, ce club donne une grosse impulsion au développement du showdown en France : visibilité des joueurs français à l’international, organisation de compétitions internationales en France, multiplication des démonstrations amenant de plus en plus de joueurs et joueuse à se mettre à ce sport, et enfin visibilité du showdown dans les médias avec de nombreux reportages et articles dans des médias régionaux et nationaux.

Ce sont les présidents de Devisport et du Showdown Club de Yerres, Bertrand LAINE et Jean WAGNER, qui fondent l’Union Française du Showdown (UFS) fin 2013.
L’UFS permet la création et le ralliement de nombreux clubs partout en France. Dans la continuité de ce qui a été entrepris au début des années 2010 par Jean WAGNER, elle favorise l’ancrage du showdown français à l’international, œuvre toujours plus à faire découvrir le showdown en France avec de plus en plus de démonstrations et événements ainsi qu’une présence régulière dans les médias. Par ailleurs, elle met en place un tournoi national annuel.
Toujours dans l’objectif de développer la discipline, l’UFS s’occupe également de la vente de matériel (tables, gants, masques, raquettes et balles), puis, au fil des années, décide de développer son propre matériel de fabrication française, grâce à la collaboration d’un artisan menuisier, pour élaborer de nouvelles raquettes et tables.

L’Union Française du Showdown compte aujourd’hui 19 clubs et plus de 110 licenciés partout en France. Son dynamisme a été récompensé par deux médailles Jeunesse et Sports, une médaille de bronze à m. Jean WAGNER en 2017 et une médaille d’argent à Mme Ghislaine van der Hoorn en 2018. Enfin, en 2021, la commission Showdown de l’IBSA (international blind Sport Federation) a choisi l’Union Française du Showdown pour organiser le prestigieux tournoi TOP12.
C’est donc bien à l’UFS et à tous ses acteurs que l’on doit la reconnaissance et l’essor actuel du showdown en France. Or, malgré des performances certaines de plusieurs joueurs à l’international, aujourd’hui et depuis quelques années, les joueurs de showdown français n’ont plus le droit de participer aux championnats d’Europe et du Monde.
En effet, la FFH (Fédération Française Handisport) étant la fédération délégataire pour tous les sports adaptés au handicap, elle est la seule instance à pouvoir reconnaître un sport adapté comme sport de haut niveau et ainsi, à autoriser ses joueurs à accéder aux championnats intercontinentaux. Or, à l’heure actuelle, elle refuse de donner cette reconnaissance, empêchant les joueurs français d’accéder aux deux compétitions mondiales les plus prestigieuses.

En 2021, l’UFS a signé une convention de partenariat avec la fédération sportive des ASPTT. La FSASPTT, fédération omnisport reconnue par le Ministère chargé des Sports et membre permanent du Comité National Olympique et Sportif Français, est forte de plus de 200.000 licenciés et de 230 clubs omnisports affiliés.
Ce partenariat a pour ambition de permettre encore davantage le développement du showdown en France. Il permettra également de donner davantage de poids au showdown français pour qu’enfin, la FFH accepte de le reconnaître comme sport de haut niveau et permette à nos joueurs d’aller prendre leur véritable place au classement mondial.